Comment concevoir un objet souvenir d'un nouveau type ?

De la Tour Eiffel à l'andouillette de Troyes, un panel extrêmement diversifié d'objets ont comme fonction principale de faire un lien mémoriel réel ou fictif avec quelque chose qui n'est plus là. Ces produits sont très nombreux, très répandus et pourtant ils ne font pas ou peu l'objet de réflexions quant à leur usage et leur fonction et sont de façon quasi systématique ancrés dans une forme kitsch.

Il y a les objets souvenirs que l'on offre mais aussi ceux que l'on achète pour soi. Mon idée de l'objet souvenir est surtout liée à la phrase « c'est gentil mais il ne fallait pas ». Je trouve qu'il est délicat d'offrir des objets souvenirs. J'ai alors souhaité créer un objet consommable, consumable. J'ai travaillé sur les notions d'altération et de révélation du souvenir en choisissant le savon de Marseille pour sa symbolique mais aussi pour le matériau qui se dissout. Fabriqué par couches, le savon peut alors révéler des paysages ou des lieux gravés dans la masse. Un souvenir laisse place à un nouveau, jusqu'à la disparition total de l'objet.

Workshop organisé par Gilles Belley